Le néolibéralisme embrase la planète

Équateur, Chili, Liban, Haïti, Irak… Partout, le néolibéralisme craque face aux peuples qui se révoltent. Partout, les puissants utilisent la répression policière, judiciaire, et parfois militaire. Mais devant la colère populaire, les gouvernements inféodés au FMI sont contraints de reculer. En Équateur, le président a renoncé à son projet de hausse des prix de l’essence. Au Chili, le Chef de l’État a dû annuler la hausse des prix du métro. Au Liban, le Premier Ministre est revenu sur une taxe sur les appels effectués via l’application téléphonique Whatsapp, pour proposer à la place une contribution des banques privées via une taxe sur les bénéfices… Autant de victoires qui nous montrent que les peuples n’ont pas dit leur dernier mot et qu’ils peuvent à tout moment redevenir acteurs de l’histoire.

C’est peut-être pour cette raison que le gouvernement français a semblé pris de panique, ces derniers jours, devant le droit de retrait des cheminots pour sonner l’alerte sur la mise en danger des usagers à la suite d’un grave accident de train. La mobilisation des salariés de la SNCF a été très forte et le Premier Ministre et ses amis en ont été réduits à dégainer les menaces de procès, de condamnations et de retenues sur salaires. Alors même que l’inspection du travail donne pour l’instant raison aux travailleurs du rail !

Pour le moment, Emmanuel Macron a bien l’intention de poursuivre son offensive ultralibérale. Réduction drastique des allocations chômage des plus précaires, nouvelle baisse des aides au logement (moins 1000 euros sur l’année en moyenne pour les familles modestes !), destruction de notre système de retraites par répartition… En France comme ailleurs, les dominants entendent s’enrichir en détruisant les conquêtes sociales de la majorité. Jusqu’à quand ? Car en France comme ailleurs, les mobilisations sociales sont à l’ordre du jour et le pouvoir les surveille comme le lait sur le feu. À nous communistes parisiens d’intervenir partout où c’est possible aux côtés des salariés en lutte.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s